Vision du management – l’Unsa votre allié au quotidien


https://www.linkedin.com/posts/loptimismepro_rh-management-qvct-activity-6948141833533181952-lXQa?utm_source=linkedin_share&utm_medium=android_app

Pouvoir d’achat- Revalorisation du point d’indice


Le point d’indice des fonctionnaires revalorisé de 3,5 %
Le gouvernement a annoncé ce mardi une revalorisation des salaires dans la fonction publique légèrement supérieure aux propositions initiales, mais inférieure aux attentes des syndicats et à l’inflation. Le coût de la mesure s’élève à 7,5 milliards d’euros.


Une revalorisation de 3,5 % pour l’indice des traitements de la fonction publique . C’est ce qu’a annoncé le gouvernement aux partenaires sociaux, en ouverture d’une conférence sociale, ce mardi matin.

Cette revalorisation serait légèrement supérieure à la fourchette évoquée initialement par le cabinet de Stanislas Guerini, le nouveau ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, qui allait de 1,5 % et 3 %.


Luc Farré, le secrétaire national de l’Unsa chargé de l’action publique, a twitté l’information. Pour l’Unsa, « le dégel est une étape importante mais 3,5 % est insuffisant ». Le syndicat « considère qu’il s’agit d’une première étape ».

Pour l’Unsa Région Réunion, cette revalorisation reste effectivement inférieure face à l’inflation que nous subissons actuellement qui pourrait atteindre les 7% en 2022.

Café actu avec nos collègues des lycées


C’est avec plaisir que nous avons rencontré nos collègues des lycées.

L’objectif étant d’apporter les bonnes informations mais d’être vraiment votre allié dans votre vie professionnelle.

Merci aux lycées nous ayant accueillis lors de ces déplacements.

Bonne fête du travail à tous


Citation : Le 1er mai est la fête de toutes celles et ceux qui aiment le travail, le chérissent, parce qu’ils produisent, parce qu’ils forment, parce qu’ils savent que par le travail nous construisons. La fête du Travail fut créée parce qu’on n’osait pas fêter le repos. Il faut leur être soumis.

L’Unsa Région Réunion vous souhaite un bon 1er mai, une bonne fête du travail.

Bonne fête à tous !!!

Comité technique du 6 avril : l’ordre du jour et les questions de l’UNSA


Bonjour à tous,

Un comité technique est programmé le 6 avril prochain. L’ordre du jour proposé par la Collectivité est le suivant :

  1. Adoption du procès-verbal du CT du 09 décembre 2021 ;
  2. Modification du règlement intérieur des horaires variables (et analyse de la proposition UNSA) ;
  3. Télétravail : démarche d’accompagnement ;
  4. Point d’information sur l’audit organisationnel ;
  5. Organisation des services : réorganisation de la plateforme Continuité Territoriale ;
  6. Plan de formation 2022 ;
  7. Questions diverses :
  • Élections professionnelles : échange sur le vote électronique ;
  • Questions des représentants du personnel.

Nous avons transmis nos questions diverses à l’Autorité, nous veillerons donc à avoir les bonnes réponses à vous apporter.

La révision des plages horaires – le débat est relancé


Chers collègues, adhérents, sympathisants,

Un comité technique est programmé le 6 avril prochain. Parmis les points à l’ordre du jour, la Collectivité souhaite rouvrir le débat sur les plages horaires variables.

Nous avons fait part de nos propositions concrètes à la Présidente par courrier ce jour, à savoir le report effectif des heures supplémentaires effectuées de manière automatique sur le mois suivant et la modification des plages horaires variables.

Nous ne manquerons pas de défendre ce dossier qui fait parti de notre programme !

Le télétravail de droit commun prolongé au 31 décembre 2022 !


Chers collègues, adhérents, sympathisants,

Lors de notre rencontre du 3 mars dernier, nous avions suggéré à la Présidente de Région la prolongation du dispositif de télétravail de droit commun à minima de 3 mois et ce afin d’apaiser le climat social au sein de la Collectivité.

Notre message a été compris : par note interne du 23 mars, la Collectivité nous informe de la prolongation du dispositif de télétravail de droit commun jusqu’au 31 décembre 2022.

Nous ne pouvons que saluer cette initiative de la Présidente, qui donne là un signe positif avant l’engagement des débats à venir sur ce thème qui nous tient à cœur.

Cette avancée confirme que nous devons continuer à privilégier la discussion et le dialogue dans l’intérêt de tous !

Une réunion de travail avec l’Autorité au programme le 29 mars


Chers collègues, adhérents, sympathisants,

La Présidente de Région s’est engagée, lors de notre rencontre du 3 mars dernier, à rencontrer les organisations syndicales dans le mois de mars.

Engagement tenu : une réunion de travail est programmée le 29 mars prochain.

Nous profiterons de cette réunion pour défendre les ateliers de négociation collective sur les grands sujets que nous portons :

  • Remise à plat des lignes directrices de gestion (LDG)
  • Amélioration, sécurisation et poursuite du dispositif existant de Télétravail
  • Réorganisation et revalorisation du travail des agents des routes, harmonisation des pratiques au sein de la DRR
  • Ré-organisation du travail des agents dans les lycées et les CREPS avec la redéfinition du référentiel des métiers, des ratios d’agents par lycée, etc.
  • Maintien dans l’emploi et évolution professionnelle des agents contractuels

Même si beaucoup de travail reste à faire, la discussion et le dialogue commencent à porter leurs fruits.

Une très belle journée du 8 mars aux femmes de notre Collectivité Régionale


La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne été  rédigée le 5 septembre 1791 par l’écrivaine Olympe de Gouges sur le modèle de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen proclamée le 26 août 1789, et publié dans la brochure Les Droits de la femme, adressée à la reine[1],[2]. Premier document à évoquer l’égalité juridique et légale des femmes par rapport aux hommes, la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne a été rédigée afin d’être présentée à l’Assemblée législative le 28 octobre 1791 pour y être adoptée.

De la France à la Suède en passant par le Chili, la Mongolie ou encore le Canada, la date du 8 mars est connue de toutes et tous. Ce jour-là est une journée d’action, de sensibilisation et de mobilisation dédiée à la lutte pour les droits des femmesl’égalité et la justice. On dresse aussi un bilan des avancées faites pour et par les femmes.

Créé en 2018, l’Index de l’égalité professionnelle a été conçu pour mettre fin aux inégalités entre les femmes et les hommes dans le monde du travail. Malgré le principe « à travail égal, salaire égal » qui est inscrit dans la loi, la rémunération des femmes reste en moyenne inférieure de 9% à celle des hommes.

L’égalité entre les femmes et les hommes, consacrée « grande cause nationale »  le 25 novembre 2017, est egalement une priorité pour la fonction publique, qui représente 20% de l’emploi public, et compte 62 % de femmes.

Dans le sillage du comité interministériel à l’égalité entre les femmes et les hommes du 8 mars 2018, les employeurs publics et les organisations syndicales ont signé, le 30 novembre 2018, un accord majoritaire sur  l’Égalité professionnelle qui comporte des avancées ambitieuses pour les agents publics.

La loi de transformation de la fonction publique du 6 août 2019 renforce les avancées de l’accord de 2018.

Ainsi, les employeurs publics ont dû élaborer, pour le 31 décembre 2020, un plan d’action relatif à l’égalité professionnelle incluant notamment des mesures sur la résorption des écarts de rémunération, l’égal accès au parcours professionnel, l’articulation entre l’activité professionnelle et la vie personnelle et familiale, la prévention et la lutte contre les violences sexuelles et sexistes.

Chaque agent doit également avoir accès à un référent Egalité, et pouvoir disposer d’un dispositif de signalement et de traitement des violences, du harcèlement sexuel ou moral, des discriminations et des agissements sexistes. En outre, l’obligation relative aux primo-nominations équilibrées pour les emplois supérieurs et de direction a été renforcée.

Pour garantir l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, la loi impose les principes suivants :

• Interdiction des discriminations à l’embauche ;

• Égalité en matière de rémunération et de déroulement de carrière ;

• Obligation de négocier un accord d’entreprise visant notamment à supprimer les écarts de rémunération s’ils existent ;

• Mise en place de mesures de prévention du harcèlement sexuel et sexiste dans l’entreprise.

Le 8 mars est également l’occasion d’insister sur les violences faites aux femmes. La journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes est une journée internationale célébrée le 25 novembre et soutenue par l’Organisation des Nations unies. La date du 25 novembre est donc récente.

Les violences faites aux femmes constituent une priorité des politiques publiques, avec en particulier un Grenelle des violences conjugales en 2019 qui a abouti à de nombreuses mesures visant à mieux prévenir ces violences et à accompagner les victimes.

Les violences faites aux femmes sont multiples : les violences sexuelles, le mariage forcé, la prostitution, les mutilations sexuelles et les violences conjugales.
Elles n’épargnent aucun milieu, aucun territoire, aucune génération.
Quand les violences sont évoquées, il n’est pas seulement question des violences physiques, mais aussi des violences morales, psychologiques, sexuelles et économiques.
Force est de constater à la Réunion, que le taux de feminicide alarmant plaçant notre département parmi les plus élevés.

À l’occasion de la journée des droits des femmes le 8 mars, il est important de rappeler que le chemin est encore long afin de :
– lutter en faveur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes bénéficie aux salariés, aux entreprises et à la société tout entière,
– œuvrer afin que cesse les violences, les meurtres, les abus sexuels,
– mettre en œuvre des moyens de protection adéquat évitant ainsi les récidives.

Malgré ce constat dressé, nous savons tous que derrière un grand homme se cache une femme, une mère. Derrière tout projet familial, une femme s’investit dans l’éducation des enfants, dans le maintien du foyer, du cocon familial sur la bonne voie. Ce n’est ni une chose acquise à la cause de l’homme, ni un objet et encore moins une souffre douleur.  Sa beauté, son courage, sa patience et son sens élevé du sacrifice qui sont tels que bien des hommes en sont indignes ! La Femme mérite tout notre respect, notre tendresse et notre attention. Le 8 mars c’est 365 jours sur 365.
Une très bonne fête à toutes les Femmes au nom de notre organisation syndicale Unsa Region Reunion.

Un dialogue social qui reprend ?


Chers collègues, adhérents, sympathisants,

Votre syndicat Unsa Région Réunion a pris position depuis décembre 2021 au sein de l’intersyndicale pour défendre un certain nombre de sujets en souffrance depuis l’arrivée de la nouvelle mandature :

  • La remise en question du télétravail ;
  • La rupture du dialogue social ;
  • La précarisation de l’emploi ;
  • La souffrance au travail et la désorganisation des services.

Nous avons pu mener les premières actions pour alerter l’Autorité Territoriale sur ces points, au travers notamment d’un communiqué et d’une conférence de presse où nous avons pu rappeler nos valeurs de syndicat réformiste, prônant le dialogue et la négociation.

Chaque syndicat a eu l’occasion d’être reçu par la Présidente de Région depuis son arrivée. Malgré nos différentes demandes, nous avons pu déplorer le fait que l’équipe en place n’ai jamais pris le temps de nous recevoir.
Cette maladresse a été réparée suite à un entretien entre les membres exécutifs de l’UNSA et la Présidente de Région le 3 mars dernier. L’occasion a été pour nous de comprendre la politique de ressources humaines que souhaite mettre en œuvre la Présidente, vers une revalorisation du sens du service public et la résorption de la souffrance au travail, valeurs partagées par notre organisation syndicale.

Nous avons eu l’occasion de lui présenter notre organisation, ses forces et ses valeurs et surtout l’interroger sur sa feuille de route. Nous avons obtenu que la Collectivité rouvre le dialogue social en mettant en place des ateliers de négociation collective sur les grands sujets que nous portons :

  • Remise à plat des lignes directrices de gestion (LDG)
  • Amélioration, sécurisation et poursuite du dispositif existant de Télétravail
  • Réorganisation et revalorisation du travail des agents des routes, harmonisation des pratiques au sein de la DRR
  • Réorganisation du travail des agents dans les lycées et les CREPS avec la redéfinition du référentiel des métiers, des ratios d’agents par lycée, etc.
  • Maintien dans l’emploi et évolution professionnelle des agents contractuels

Nous avons pu rappeler le rôle des organisations syndicales et leur importance dans les prises de décision de la Collectivité, qu’elles soient associées dans la réorganisation des services et d’une façon générale dans toutes les décisions relatives aux conditions et à l’organisation du travail. Notre rôle d’acteur social doit être valorisé à son juste titre.

Des engagements ont été pris par la Présidente d’organiser avant la fin du mois de mars les chantiers de négociation avec les Organisations Syndicales et de prolonger la période de télétravail de droit commun de 3 mois supplémentaires le temps de démarrer l’accompagnement par un organisme spécialisé.

Ainsi, nous avons pris la décision de suspendre nos actions dans l’intersyndicale qui souhaite aller vers un durcissement du mouvement nous paraissant disproportionné pour le moment.

La vigilance reste de mise mais un dialogue est engagé.